Le Polyamour est une philosophie relationnelle qui pourrait se définir comme la liberté donnée à soi-même comme aux autres de cultiver simultanément des relations affectives, sentimentales ou sexuelles avec différentes personnes toutes consentantes et informées de l’existence, ou de l’existence potentielle, d’autres partenaires. Il n’y est plus question d’aventures extra-conjugales, d’infidélité, ou de tromperie.

Le polyamour donne une place prépondérante au dialogue, à la communication et à la bienveillance.

L’éthique polyamoureuse est construite sur des valeurs essentielles que l’on retrouve souvent dans d’autres secteurs de la vie sociale que celui du couple et de la famille :

La liberté

L’exclusivité du couple monogame contraint la liberté affective, sentimentale et sexuelle des deux partenaires. Le polyamour respecte, mais refuse cette contrainte. Le polyamour implique intrinsèquement que l’on s’estime propriétaire exclusif de son corps comme de son esprit et en aucun cas de ceux des autres.

L’égalité

Il ne peut y avoir de réelle liberté sans une totale égalité entre les multiples partenaires. Dès lors que l’unE est subordonné à l’autre, à ses décisions, à ses choix ou à ses goûts, il ou elle verra sa propre liberté se restreindre.

L’honnêteté

A l’opposé du mensonge que demande toute relation extra-conjugale en parallèle d’une relation monogame exclusive, une relation polyamoureuse se construit sur la transparence des relations. Le dialogue, sa profondeur surtout, est essentiel pour la bonne santé et la pérennité d’une relation. Sans signifier que l’on « doit tout se dire », il implique que doivent être exprimées, avec toute la pudeur qui peut être nécessaire, les ressentis, les craintes ou les demandes de chacunE. C’est sur les parties communes et les zones de compromis issues de ces dialogues que se situeront les champs des possibles de la relation.

Le respect

Le respect pour ses partenaires bien entendu, mais aussi pour soi-même.

Avant même le consentement à l’autre, il y a le consentement avec vous-même et vos valeurs. Chacune et chacun doit user de sa liberté pour ne pas nuire à sa santé, à son bien-être ou à son équilibre.

La solidarité

Les liens polyamoureux entre les différents partenaires n’impliquent pas nécessairement que toutes et tous se connaissent et s’entraident, pour autant, ils impliquent, individuellement, de comprendre, de supporter et d’accompagner ses partenaires dans leur vie polyamoureuse.

L’engagement

Souvent perçue comme un libertinage ou un papillonnage, le polyamour implique au contraire un engagement réciproque affectif, sentimental ou amoureux entre les partenaires.

L’intimité

L’intimité telle qu’elle est vécue au sein d’un couple ; ne pas dire et entendre plus que l’on ne voudrait des autres relations. N’oubliez jamais également que vous parlez à l’unE de vos partenaires, d’unE autre de vos partenaires quand vous lui parlez d’une relation extérieure. Votre devoir est d’en respecter l’intimité.

L’épanouissement personnel

L’idée fondatrice du polyamour est de permettre à tout un chacun de se développer personnellement de façon entière, à son propre rythme, selon ses valeurs, ses besoins et ses envies.

Cela ne doit pas être une course sans fin vers le plaisir et l’abondance mais une recherche personnelle hédoniste[1] et quasi esthète vers un équilibre de vie inspirant.

 

[1] L’hédonisme est une doctrine philosophique grecque selon laquelle la recherche du plaisir et l’évitement du déplaisir constituent l’objectif de l’existence humaine.

Les autres articles sur le polyamour

 

Publicités