J’écrivais dans le premier article de cette série que la jalousie n’est en aucun cas une expression de l’amour. Je vais tenter de m’expliquer plus longuement ici et de vous donner quelques conseils pour mieux l’identifier et la domestiquer.

La jalousie est un thème qui fait régulièrement débat dans la communauté polyamoureuse. Certains soutenant au contraire de moi, qu’il s’agirait d’un sentiment qui, en quelque sorte, démontrerait l’attachement d’une personne à une autre, ils ajoutent parfois au passage qu’il faudrait alors se méfier des sentiments d’unE partenaire qui n’exprimerait aucune jalousie.

Il va de soi que je suis en profond désaccord avec cette position.

  • Tout d’abord, elle est étrange car la vie sentimentale n’a pas le monopole de l’expression de la jalousie, nos vies professionnelles et sociales sont également concernées.
  • Mais elle est surtout néfaste car la jalousie mine l’estime de soi d’un individu et minorise les bienfaits d’une vie polyamoureuse.
  • UnE jalou(x)se fera plusieurs victimes collatérales : elle a une incidence sur le psychisme du ou des partenaire(s) par le stress qu’elle génère chez eux pour se préserver de la jalousie de l’autre.
  • La jalousie, cause d’insatisfaction, est l’un des fréquents motifs de séparation.

Connais ton ennemi

Réactions émotionnelles :

La jalousie est un état de colère, d’agitation et d’anxiété pendant lequel quelqu’un se sent « trahi » et/ou craint d’être « inférieur » et a peur de perdre quelque chose (une carrière professionnelle, un bien de valeur, etc.) ou quelqu’un auquel il accorde une valeur personnelle.

Réactions physiologiques :

Quand les sentiments de jalousie se produisent ils activent diverses régions de notre cerveau. L’une d’entre elles est impliquée dans le processus de la douleur, une autre est le siège d’émotions comme la honte, la peur ou l’embarras. Le système de production de la dopamine, qui est « la récompense » du cerveau, est également impacté.

L’ensemble de ces réactions émotionnelles et physiologiques font qu’une personne jalouse peut devenir hypersensible, possessive et suspicieuse.

La jalousie déclenche également des réponses au stress de la part de notre corps qui peuvent générer :

  • Une augmentation de la fréquence cardiaque
  • Une augmentation de la pression artérielle
  • Un excès de cortisol (hormone de stress)

Auxquels peuvent s’ajouter des problèmes de sommeil, une perte d’appétit, une dépression…

Les impacts sociaux de la jalousie sont décrits dans la littérature sur le sujet. Il est fréquent qu’une personne jalouse soit mise à distance par son entourage, y compris proche, tant son comportement, ses actes ou ses paroles de colère ou de plainte génèrent de mal-être chez les autres.

Car ce n’est pas la personne dont on est jalou(x)se qui crée le trouble dans la relation, c’est la jalousie du sujet qui l’amène à souffrir, être conflictuel et suspicieux et qui finit par créer un trouble général autour de lui.

Les réseaux sociaux, qui permettent de « suivre » et de « commenter » ce que font nos « amiEs » tout au long de la journée stimulent la jalousie. Plus une personne les utilise pour surveiller son/sa partenaire plus elle alimente sa jalousie. Une étude a montré par exemple que lire le commentaire de son/sa partenaire sur la photo de profil d’une personne totalement inconnue mais attirante pour lui/elle génère de la jalousie !

Comment gérer sa jalousie

Pour négocier avec sa jalousie cela demande de se comprendre et de dialoguer avec soi-même.

Armés de la description des paragraphes précédents, vous êtes à même d’identifier en vous les sentiments de la jalousie quand ils apparaissent.

Autorisez-vous à les ressentir

Ne niez pas leur existence. Ils doivent être présents pour être compris. Pour cela, allez vous isoler dans un endroit calme et apaisant et donnez-vous le temps de ressentir vraiment ce que vous ressentez.

Demandez-vous quelle est le besoin ou l’attente que cette crise de jalousie révèle.

Demandez-vous alors ce que cela dit de vous, de votre personnalité. Essayez ensuite de reformuler cette demande d’une façon construite qui exprime vos valeurs, vos attentes et vos besoins.

Débusquez et remettez en cause votre sens critique

Le sens critique est particulièrement actif chez une personne jalouse, ayez un dialogue intérieur, parlez-lui comme à une autre personne, rappelez-lui, par exemple, que ce n’est pas parce qu’on imagine le pire qu’il se produira, ni même qu’il soit possible. En discutant ainsi avec cette part de vous-même vous êtes en mesure de reprogrammer votre état mental pour rendre votre perception plus positive.

Prenez soin de vous

Prenez un bain relaxant, faites la liste de vos qualités, méditez, faites du yoga, marchez dans les bois, courrez, ayez toute activité qui vous convienne et qui abaissera votre niveau de stress.

Communiquez

Partagez vos pensées ouvertement et sincèrement avec votre partenaire, une personne de confiance ou unE thérapeute. N’utilisez pas ces conversations pour entretenir votre jalousie et votre énervement ou pour émettre des accusations, mais comme un moyen d’obtenir une aide à dépasser votre jalousie

Envisagez une thérapie

Si votre jalousie impacte votre santé ou votre sociabilité il est sans doute utile de faire appel à une aide professionnelle. UnE thérapeute peut vous aider à déconstruire les expériences passées qui sont à l’origine de cette jalousie. Une thérapie vous aidera à mieux comprendre votre mode d’attachement et à vous construire les outils qui vous permettront de vous sentir en plus grande sécurité dans vos relations amoureuses.

 

Les autres articles sur le polyamour

Publicités