La monogamie n’a pas toujours été et n’est toujours pas une norme pour l’espèce humaine dans son ensemble. Il existe de nombreuses sociétés où une polygamie (polygynie ou polyandrie) est légale à travers la planète.

Le polyamour est en cela porteur de révolution car, à ma connaissance, aucun modèle de société permettant à la fois la polygynie ET la polyandrie n’existe quelque part. Tout est donc à inventer pour bien vivre polyamoureusement. Ce « bien vivre » impliquant que vous, tout comme vos partenaires ne vivent pas le polyamour comme une monogamie améliorée – car c’est malheureusement encore trop souvent le cas pour certains couples installés qui « épicent » leur quotidien avec quelques amourettes – mais comme un mode de vie à part entière.

Le polyamour est une philosophie de la liberté et du respect, ce que vous souhaitez pour vous, vous le souhaitez pour les autres, ce que vous refusez de subir, vous ne l’imposez pas aux autres.

Mais être polyamoureux ou polyamoureuse implique de devoir être capable de déconstruire quelques constructions toxiques de la culture monogame de notre société occidentale.

Ce qu’il faut absolument déconstruire sous peine de se faire mal :

A votre sujet :

  • La jalousie n’est en aucun cas une expression de l’amour :

  • La jalousie est une peur d’être dépossédé ou de perdre une personne qui n’est ni votre propriété ni votre bien. La jalousie c’est l’objectification de l’autre.
  • La jalousie c’est l’égocentrisme poussé à son paroxysme : Parce que tu m’aimes, tu ne peux et ne dois aimer que moi. La jalousie n’existe que parce qu’on considère que les sentiments amoureux et/ou les désirs sexuels de l’autre ne devraient se diriger que vers soi. C’est mégalomane.
  • La jalousie c’est la peur infantile de l’abandon conservée à l’âge adulte.
  • La jalousie c’est le refus d’affronter soi-même cette peur et cet égocentrisme en en attribuant l’origine à l’autre et en lui déléguant la capacité de vous rassurer et de vous soigner.
  • La jalousie qui s’exprime, c’est la réaction d’un jeune enfant qui refuse de prêter son doudou ou son plus beau jouet, il crie et il pleure et n’a plus aucune patience ni capacité de raisonner. (Tout au mieux la promesse d’un bonbon fera l’affaire pour cette fois, mais il recommencera. Il recommencera car en lui donnant un bonbon, vous lui avez donné comme message que vous validiez sa colère et lui avez donné un dédommagement).
  • La jalousie est une perte de contrôle de soi au moment où vous êtes seulE. Ne me dites pas que c’est une réaction normale.
  • Oubliez l’idée « qu’aimer vraiment » c’est l’assurance de ne plus être attiré par personne d’autre.

Sérieusement, personne n’y croit.

Au sujet de vos/votre partenaire(s) :

  • Votre partenaire n’est pas responsable de votre sentiment d’insécurité.

C’est VOTRE sentiment, c’est à vous d’y travailler, pas à votre partenaire de refouler ses attirances et de névroser plus tard pour que vous n’ayez pas à affronter vos peurs et vos névroses maintenant. Vos peurs existaient avant, elles ne demandaient qu’à apparaitre. Votre sentiment d’insécurité ne disparaîtra jamais si vous refusez de le combattre.

  • Otez-vous de l’esprit l’idée que plus vous en ferez pour votre partenaire, plus vous passerez de temps avec, plus il ou elle vous aimera en proportion.

L’amour n’est pas généré par une accumulation de présents ou de présence, l’amour est un sentiment qui n’a pas besoin d’accumuler pour apparaitre et exister.

  • Personne n’est en compétition.

Encore une fois, n’objectifiez pas votre partenaire qui n’est pas l’enjeu d’un match contre unE adversaire, ce n’est pas un « jeu à somme nulle » où il n’y aura qu’une personne gagnante et une perdante. Vous n’êtes plus le ou la jeune enfant qui faisait sourire en disant à ses frères et sœurs : « Maman, elle m’aime plus que vous parce qu’elle m’a donné des bonbons ! »

  • Otez-vous de l’esprit l’idée qu’avoir de la valeur aux yeux de votre partenaire doit être la raison principale de votre estime de soi.

    • C’est la meilleure façon de mal vivre les séparations temporaires (comme un bébé).
    • C’est imaginer que l’autre sait mieux que vous qui vous êtes et ce qui vous convient (comme un bébé).

Au sujet du couple :

  • Les incompatibilités ne seront jamais surpassées par l’intensité des sentiments amoureux.

Il arrivera toujours un moment désagréable ou de tension, ou de discorde au sein d’un duo amoureux. Lorsque cela survient, l’unE des deux doit renoncer pour l’autre. Ce n’est pas pour autant que cela ait à voir avec l’amour. Le compromis final, s’il existe, est plus souvent dû à un tempérament plus ou moins dominant et à une volonté plus ou moins forte des deux protagonistes qu’à un amour inconditionnel entre eux/elles.

  • Aucune personne à elle seule ne peut combler tous les besoins d’une autre.

Et ce n’est pas ça non plus l’amour. Avez-vous dressé une liste de vos besoins respectifs lors de vos premiers rendez-vous ? Vous ne comblez pas tous les besoins de votre partenaire ? Et alors ? Encore une fois, l’amour n’est pas comptable de vos besoins, qu’ils soient ou non satisfaits. L’amour est un sentiment, pas un superpouvoir.

  • Engagement n’est pas synonyme d’exclusivité.

Pourquoi ? Parce que l’exclusivité n’est absolument pas une garantie d’engagement, ça se saurait sinon.

  • Vouloir être en couple n’est pas la seule raison d’avoir une relation.

A vrai dire de moins en moins de couples se forment parce qu’ils entretiennent une relation et pour cette seule raison. La plupart du temps c’est une raison économique ou pratique qui amène à cette solution. Ce peut être pour ne pas avoir à payer deux loyers ou pour avoir une plus grande surface habitable ensemble, ça peut être aussi pour mieux partager l’éducation d’enfants ou pour en avoir.

On peut avoir une relation avec une personne pour diverses raisons intellectuelles, sentimentales, physiques, sexuelles et même matérielles, mais « vivre en couple » n’est qu’une des options possibles et est loin d’être la seule.

Cet article a été inspiré par cette copie d’écran trouvée sur le réseau social Tumblr :

Les autres articles sur le polyamour

Publicités