Imagine qu’on soit une famille.

Imagine que la grande sœur (appelons la Angela) soit la conseillère financière de la famille (parce qu’elle a bien réussi dans la vie, alors elle s’y connait vachement bien, tu penses).

Imagine que Angela oblige ses frères et sœurs à emprunter à Marcel, son pote le banquier.

Imagine que la famille, comme elle a du mal à rembourser, eh ben Angela elle dit « oh, les branleurs ! C’est fastoche, tu soigneras tes dents plus tard et t’évites d’inscrire tes gosses au club de foot. Et pis la Xbox, tu la revend et tu achètes la Nintendo de François ton frangin. Comment ça elle te sert à rien ? Mais François aussi il a besoin de thunes, tu dois être solidaire et tes gosses ils veulent jouer, t’es un mauvais père ! Allez, hopopop ! Et en attendant tu rembourses quand même Marcel, mon copain banquier ! Et si tu n’y arrives pas, y’a Fernand qui peut te prêter du flouze pour ça. OK, C’est un taux usuraire, mais tu veux manger ou bien ? »

Imagine tout ça donc.
Mais voilà, y’a le petit dernier, Alexis, qui râle parce que sa fille, elle a la leucémie et qu’il aimerait bien la soigner un peu. Normal, quoi.

Et là, y’a tous les autres qui disent « nomého ! ça va pas bien la tête ! Paie tes dettes à Marcel, tu soigneras ta môme après espèce de petit con !

Donc là, on s’attend à ce que Alexis il leur dise Fuck. Et que Marcel et Fernand, les banquiers, ils revoient plus leurs thunes. Et que du coup il viennent faire chier Angela, François et le reste de la famille.

Comme en 2008.

Publicités