Je viens de lire cette publi-information ce merveilleux article du Figaro : Les 100 choses qu’il faut avoir faites dans sa vie à Paris.  On y découvre que pour être un-e vrai-e parisien-ne, il faut avoir un pouvoir d’achat supérieur au PIB du Luxembourg. L’article ne précise pas si on peut tout payer en tickets restaurant ou en chèques vacances.

Je suis pas chien, vous êtes fauché-e ? Vos amis apportent de la viande quand vous les invitez à dîner tellement ils en ont marre des chips et du jambon ? La dernière fois que vous avez acheté des fringues c’était grâce à la ristourne de 50% de la Redoute sur tout le catalogue (sauf les pages multimédia et décoration) ? Vous faites 2 cafés courts avec  les dosettes nespresso pour café long ? Cette liste est faite pour vous.

  1. Avoir pris la ligne 13 du métro aux heures de pointe.
  2. Avoir remonté la rue de la Roquette en refusant une cigarette à 3 punks à chien, un ivrogne, 2 gamines en short et T-shirt Guess, 2 bobos à lunettes, 1 cinquantenaire en trottinette, un type qui trainait pile devant le bureau de tabac, toi-même (parce que dès que t’en allume une, quelqu’un vient te taxer).
  3. Avoir remonté la rue de la Roquette en taxant une cigarette à 3 punks à chien, un ivrogne, 2 gamines en short et T-shirt Guess, 2 bobos à lunettes, 1 cinquantenaire en trottinette, un type qui trainait pile devant le bureau de tabac, toi-même (parce que dès que t’as un paquet vide sur toi et que t’en en train de le remplir gentiment).
  4. Avoir pris le dernier vélib’ de la station, celui dont les vitesses sont cassées. Ce qui t’oblige à mouliner comme un malade pour avancer moins vite qu’une centenaire valétudinaire en déambulateur.
  5. Avoir entendu 3 versions de « Besame mucho » interprété à l’accordéon par un ukrainien. Une par ligne de métro que tu as prise pour te rendre à ton rendez-vous.
  6. T’être dit que le Beatles aussi ont commencé comme ça. sauf qu’ils n’avaient pas d’accordéon.
  7. Avoir fait une recherche sur youtube et trouvé 982000 versions (environ) de cette chanson et avoir pensé que tu devais être particulièrement bouché pour que toi, simple quidam, soit le seul à trouver ce titre chiant comme un 1er novembre à Vladivostok.
  8. T’être plus ou moins cassé la gueule dans une rame de la ligne 4 au moment du freinage.
  9. Pile sur la superbe femme/ le beau gosse avec laquelle tu échangeais des regards troublants 10 secondes plus tôt.
  10. Mais si, souviens toi, celle/celui à qui tu as enfoncé ton coude dans les côtes en te disant qu’elle/il aurait pu lever son cul du strapontin cette conne/ce con alors qu’on est serrés comme des sardines à cette heure de pointe.
  11. Savoir que les heures de pointe dépendent des lignes de métro. De 7h à 9h et de 17h à 19h sur toutes les lignes sauf sur la 1, la 8 et la 9 ou c’est l’inverse et sur la 13 ou c’est non-stop.
  12. T’être demandé quel était le con qui règle le volume sonore des hauts-parleurs du métro au dessus des 600 décibels.
  13. T »être demandé si ces hauts-parleurs dataient de 1929 tellement ils crachent des parasites.
  14. T’être demandé si c’est exprès que les annonces sont diffusées pendant que les rames repartent bruyamment en couvrant la voix désagréable (et les crachotements des hauts-parleurs) qui te dit que la prochaine station est fermée (celle où tu veux descendre).
  15. Avoir été « Attentifs ensemble » en poursuivant tranquillement ton sudoku.
  16. Avoir pris la ligne 1 pour te croire à Tokyo en entendant « Ashimoto ni go-chûi kudasai.« , la 3 pour te croire à Rome en entendant « Attenzione al gradino scendendo dal treno. » et la 4 pour te croire à Madrid en entendant « Cuidado con el espacio entre el vagón y el andén.« .
  17. N’être jamais allé au centre commercial des Halles. Celui où toute la banlieue vient trainer.
  18. Connaitre LA SEULE VRAIE BONNE boulangerie de Paris : Celle qui est la plus proche de chez toi parce que faut vraiment être con pour traverser Paris un dimanche matin pour acheter une baguette décongelée.
  19. Avoir déjà eu envie de shooter dans un de ces rats à plumes. Surtout celui qui vient de planer à 10 cm de ton visage en te foutant une jolie frousse. Ou l’autre là, celui qui vient de chier sur ton sac posé par terre à coté de ta table en terrasse sous le mécanisme du store du bar branché hyper fréquenté de ton quartier (le Narval : celui qui fait bar-tabac-PMU-rapido)
  20. N’être jamais descendu à la station Boissière, ne même pas savoir sur quelle ligne elle est, ne même pas savoir qu’elle existe. Penser qu’on te parle du métro de Dunkerque ou d’Argenton-Sur-Creuse quand tu entends ce nom.
Publicités